Tomber amoureux d’un design

Une fois le périmètre fonctionnel bien défini, il faut alors attacher à travailler sa mise en scène. Il ne s’agit plus seulement de fournir la fonction, mais de bien la présenter. Le Web et le mobile sont devenus des milieux trop concurrentiels. On ne peut pas sortir du lot en faisant le strict minimum. Les utilisateurs acceptent de moins en moins la médiocrité dans leurs équipements technologiques. Un moyen de se démarquer et donc liste éthique. C’est le premier indice palpable de la qualité de notre service. C’est le moment crucial utilisateur va décider de nous suivre ou non. Fais le poids de l’esthétique dans le jugement est primordial.

Malheureusement inconsciemment les utilisateurs auraient en effet tendance à attribuer un meilleur niveau d’utilisabilité aux interfaces qui sont plus belles. Malgré votre fonctionnel si l’interface n’est pas esthétique l’utilisateur ne la trouvera pas pratique. L’allure d’une interface influence donc la perception de l’utilise habilité du système. Quelle que soit la facilité réelle de l’utilisation les utilisateurs se feront leur avis en fonction de l’esthétisme de celle-ci. Les chercheurs Tractinsky, Katz et Ikar, chercheurs en design des systèmes d’information, reconnaissent que le mécanisme à l’oeuvre dans ce biais cognitif ne sont pas clairs. Je suppose que le rapport entre esthétique de l’interface et utilisabilité est comparable à celui que l’on éprouve entre attractivité physique et attribution des traits socialement désirables. Nous sommes là dans une réelle interaction homme-machine. Notre interface devient presque humaine et désirable. En effet si l’on compare cela à une expérience sociale, nous avons tendance à associer plus de caractéristiques positives aux personnes que l’on trouve attractives physiquement.

C’est ce qu’on appelle le stéréotype « what is beautiful is good», étudiée par Karen Dion en 1972. Ses réflexions peuvent être appliquées dans le domaine des interfaces informatiques. L’esthétique aurait donc à la fois l’avantage d’attirer l’utilisateur mais aussi de le fidéliser.

Regarde-moi

Des recherches scientifiques dans le champ de la cognition et émotion ont été établies dans le sens de la conception d’interfaces esthétiquement attrayante. En effet une interface agréable à l’oeil produit des humeurs positives et favoriserait les habitudes ainsi que le traitement de l’information et la prise de décision. Le graphisme doit être cohérent et accompagné le parcours utilisateur prédéfini de manière fluide. Il faut accrocher le regard car les internautes ne lisent presque plus. Il faut utiliser des jeux de contrastes, d’éléments visuels qui suggère leur propre utilisation. Les animations sont aussi importantes car elles attirent l’oeil sur un éléments-clé. Elles suggèrent une animation et la rendent plus fluide. Le service doit être beau, désirable mais aussi humain.

Un exemple avec des boutons call-to-action

Les boutons CTA sont très importants car ce sont eux qui mènent vers l’action essentiel du site. Une étude a démontré que la couleur ou encore la forme du bouton avait un impact sur l’action en elle même. Par exemple 27% de clics sont transformés lorsque le bouton d’appel à l’action est rouge. C’est une couleur plus attirante pour l’oeil humain. Elle communique l’excitation et la passion. Un bouton avec les coins arrondis est bien meilleure pour l’expérience utilisateur, elle provoque 62% de clics transformés par rapport aux boutons ovales ou carrés. Le texte du bouton est également important. En baptisant par exemple le bouton « s’inscrire » en « continuer » , un site e-commerce a vu ses ventes bondir de 45%.