L’utilisation des pratique du design ne doivent pas vous amener à oublier l’utilisateur sous peine de perdre toute humanité dans l’interaction homme-machine. Le peu d’émotions positives qui pourront naître de telles pratiques seront enfouies dans une expérience finalement désincarnée.

La grande partie du design et notamment du design émotionnel a pour effet d’humaniser l’expérience utilisateur. Certains éléments en particulier peuvent renforcer cet objectif. Par exemple on retrouve dans plusieurs sites utilisation d’une mascotte pour personnifier le service. Le site Mailchimp qui accorde une grande importance au design émotionnel utilise par exemple un singe. Ce même singe qui vous tapera dans la main lorsque votre mail sera envoyé. Ce singe passe par les émotions que vous vivez au fil de votre expérience utilisateur. Cette mascotte vous guide en fait sur l’ensemble des échanges avec le service.

Il existe d’autres techniques mais elles ne sont pas toujours facilement applicables. De nos jours, nous utilisons des outils qui nous parles comme si nous étions nous aussi des robots. Les éléments textuels sont d’une grande importance. Il faut éviter les discours trop distancés ou trop techniques. Il faut travailler la manière dont on parle à l’utilisateur pour essayer de transmettre une émotion. Le choix de la tonalité à adapter est très important. Il a été étudié que lorsque nous utilisons la première personne dans les boutons call-to-action, ils provoquent alors un taux de conversion plus élevé. Par exemple, si nous écrivons «je réserve » à la place de «réservation » nous incitons davantage l’utilisateur à la réservation et nous personnalisons son expérience.

Les symboles sont aussi des éléments importants que nous pouvons utiliser pour transmettre des émotions. Le sujet des symboles est délicat, car un symbole n’est jamais assez explicite. Il faut un un référentiel est un cadre d’analyse pour être compris. La conception d’icônes est une tâche difficile. Mais si elle est réussie, elle pourra transmettre une émotion.

Le meilleur moyen d’humaniser la relation homme-machine, et de comprendre son utilisateur.

Pour cela, il suffit parfois d’étudier les données que nous avons à disposition. L’utilisateur aura l’impression d’être compris car le service s’adapte à lui. Il faut savoir exploiter les caractéristiques du contexte qui font de sens pour l’utilisateur et adapter la présentation de nos données.

Pour humaniser la relation homme-machines un maximum, nous pouvons utiliser des éléments du contexte environnant. Par exemple nous pouvons utiliser des éléments comme la date ou l’heure de l’endroit où on se trouve, et transposer ces éléments sur notre interface. Pour notre projet, nous avons choisi de dire « bonsoir » à l’utilisateur après 17 heures. Et donc, employer le mot « bonjour » le reste du temps. Il y a alors un réel ancrage dans la vie de l’utilisateur. Nous voulons même aller plus loin en utilisant notre carrousel avec des éléments d’actualités. Par exemple, lors de la saison de la Fashion Week, placer défilés de mode en background de notre carrousel, ou encore des vidéos de vacances l’été. Ces éléments-là permettront de contextualiser l’environnement de l’utilisateur. Nous revoyons actuellement complètement notre carrousel. Nous souhaitons utiliser des photos et vidéos plus humanisantes.

En conclusion nous pouvons dire que le but ultime serait de réussir le test de turing. Qu’est-ce que le test de turing ? C’est le moment où l’humain interagit avec une machine. Si l’humain ne sait pas qu’il interagit avec une machine. Le test est réussi. Normalement le test est censé être dédié à des intelligences artificielles. C’est un objectif impossible à atteindre pour un site web, mais plus on s’en rapproche dans les interactions, mieux l’utilisateur aura une zone de confiance et de confort. Si à l’avenir nous travaillons sur un chatbot qui fournirait de l’aide nous pouvons appliquer le te principe du test de turing. Car en effet, si une personne engage une conversation et n’est pas capable de dire si son interlocuteur est un ordinateur, on peut considérer que le logiciel de l’ordinateur a passé le test avec succès.